April 1, 2005

Objectif Ararat, 5165m !

Contexte géographique et géologique du Mont Ararat

(Texte et cartes de Yves POTTIER)



Le Mont Ararat, photo d'Hadrien prise lors de son Paris-Pekin en vélo (2003)
Le Mont Ararat, situé à l'est de la Turquie, à la frontière de l'Arménie et de l'Iran, s'élève au dessus du plateau de Dogubayazit (altitude moyenne : 1200m). Il présente deux sommets : le petit Ararat (Kucuk Ararat : 3925m) et le grand Ararat (Agri Dagi : 5165m) qui est le plus grand volcan de cette partie orientale de la Turquie.

Il s'agit d'un "Stratovolcan", constitué par l'alternance :

  1. de nappes de cendres et de scories (produits pyroclastiques c'est à dire fragmentés et projetés lors des phases éruptives explosives);
  2. et de laves : andésites, dacites, rhyolites, émises en coulées courtes ou en dômes en raison d'un magma originel de type calco-alcalin (intermédiaire entre celui qui produit les basaltes et celui qui est à l'origine des granites).


Les dernières laves émises dateraient de l'Holocène (moins de 10 000 ans). L'activité pyroclastique plus récente (des cônes de cendres de morphologie peu émoussée par l'érosionsont observables sur les flancs du volcan) pourrait s'être manifestée au cours de l'âge de bronze (3000 ans BC).

En 1840, une éruption phréatique (explosion dûe à la vaporisation sous pression de poches ou nappes aquifères sous-terraines lors de la rencontre de remontées magmatiques avec cette eau), consécutive à un séisme, serait la dernière manifestation volcanique connue.


Les diverses roches volcaniques et les édifices qui les ont produites, couvrent le soubassement du Petit Caucase de plages irrégulières, depuis le lac de Van jusqu'aux confins du Grand Caucase (doc 1).


La sismicité de la région, à laquelle est liée la mise en place des volcans de cette zone méridionale du Caucase, résulte pour sa part de la situation géotectonique de ce morceau de socle anatolien/arménien. Il est pris en étau entre la plaque arabique, coulissant vers le nord, et la plaque eurasienne faisant office de butoir (doc 2). Ce mouvement s'accompagne du rejet de la micro-plaque turque vers l'ouest et de celui de la plaque iranienne vers le sud-est, entre de grandes failles coulissantes (telle la faille nord anatolienne au sud de la Mer Noire).


De cette compression résultent également, dans le socle, des fractures :

  1. initiant le volcanisme (telle la faille méridienne sur laquelle s'est érigé l'Ararat)
  2. ou générant d'importants séisme (Spitak - Arménie en 1988 [magnitude 7]).

2 comments:

cat66 said...

c'est instructif comme blog, c'est excellent; j'adore ce chapitre!!
(c'est quand même vache d'être parti sur un volcan sans moi...)

jacou dit "le vieux" said...

ainsi...tu sous-traites les textes à ton père ! il est vrai qu'il est spécialiste en matière de volcans ...particulièrement instructif!